Nos dernières conférences

 

Le vendredi 1° juin 2018  

nous vous proposons d’assister a la conférence présentée par Beñat ZINTZO GARMENDIA intitulée :

  Dantzari, danseur Basque, longtemps un véritable statut social.

  • Lieu : Domaine de SORIECH à LATTES
  • Accueil à partir de 19h 00
  • Conférence gratuite à partir de 19h 30
  • Apéritif dinatoire en suivant
  • Participation aux frais de cocktail : 25 € par personne
  • Participation sur inscription uniquement.

Vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire

en cliquant sur le lien ci-dessous :

 

https://doodle.com/poll/vmeibyqgteat7emp

 

De quoi s’agit-il ?

 

De quel type de danseur parlons-nous ? des jeunes gens qui dansaient à la romeria de l'après-midi, ou lors de la fête du village ?  Non, du Danseur, celui qui maîtrisant la Danse et/ou un certain rituel plus ou moins festif, représentait le village. Quand il n'y avait pas assez de bons dantzari, alors la municipalité payait des dantzari venus de l'extérieur, pour réaliser un type particulier de Danses. Ces hommes accompagnés de leur tamboril, le joueur de txistu sont toujours dirigés par le capitan ... Ces danseurs occupaient une place prépondérante dans les processions patronales du village. Aguerris à la danse et à sa rigueur, ils atteignaient un tel niveau et une telle importance sociale, qu'ils pouvaient en conserver le surnom toute leur vie (par exemple, certains personnages de la mascarade) ou même le donner à leur maison "tambourinea", ou à un quartier : devinez lequel !

 

En Pays Basque sud ou d'Espagne, le maire ou l'un des plus proches édiles, participait à la Danse. Parfois ce sera une mairesse comme en 2016 et elle fut vertement critiquée par l'opposition qui ne connaissait pas ou ne voulait pas reconnaître l'importance de ce rite. Depuis le renouveau du statut d'autonomie d'Euzkadi, le gouvernement reçoit tous les invités de marque avec son Dantzari professionnel qui exécute le célèbre Aurresku, avant tout discours.

 

Des hommes ont participé à leur niveau pour sauver la Danse Basque au XIX° siècle  (I . . . . . . ; A . . . . .) et le premier gouvernement Basque du lehendakari Aguirre a poursuivi cette œuvre salvatrice, réellement débutée en 1932... Il ne restait plus alors qu'à magnifier le Danseur Basque et ce à quoi la troupe Eresoinka s'est évertuée pendant ses deux ans d'existence. Nombre d'ecclésiastiques ont participé à sauver et à embellir la danse Basque, quand parfois d'autres hommes d’Église n'ont pas hésité à créer le rôle de la femme dans la Danse Basque de certains villages ou villes...

 

A l'inverse de nombreuses régions, de pays, la Danse en Pays Basque a revêtu et revêt aujourd'hui encore un statut social envié et enviable. Partons à la découverte de cette passionnante histoire, vécue par des milliers de dantzari mais rarement écrite, ou contée...


8 Juin 2017. :  AFRIKANOAK - Le Pays Basque et l'Afrique

par Jacques OSPITAL

Présentations de son livre : L'histoire entre le Pays Basque et l'Afrique est riche, multiple, surprenante. Elle nous fait découvrir des itinéraires de vies remarquables, des êtres passionnés, transformés par leur rencontre avec des hommes et des femmes du continent africain.

Explorateurs, missionnaires, pêcheurs, gouverneurs, diplomates, journalistes pieds-noirs, enseignants, militaires, broussards ... et même marabout basque ! AFRIKANOAK raconte leur histoire.

Il nous dévoile des faces obscures, comme l'esclavage et la traite des noirs, nous entraîne dans des tragédies, lève le voile sur des outils, nous livre de magnifique aventures.

Pendant plus d'une heure et demi Jacques OSPITAL a tenu en haleine ce soir une quarantaine d'auditeurs attentifs, membres pour l'essentiel de l'association ESKUALDUNAK, venus s'informer sur cette partie moins connue de l'histoire de la disaporas basque et du rôle important joué pas les pêcheurs basques sur certains territoires africains. 


4 NOVEMBRE 2016. :  Histoire de la sorcellerie en Pays Basque

par Beñat Zintzo Garmendia,

 

A l'aube du XVII° siècle, une chasse aux sorcières s'abat sur des populations uniquement bascophones en Pays Basque de France et d'Espagne. Henri IV, le roi de France envoie une commission royale aux pleins pouvoirs à travers 2 juges civils qui, persuadés de la réalité des sorcières, exercent leur justice avec une extrême brutalité, condamnant au bûcher de nombreuses pseudo-sorcières.

Ne parlant que du Labourd (le temps de la conférence n'étant pas suffisant pour développer ce vaste sujet qui a touché toutes les provinces basques) Beñat ZINTZO-GARMENDIA s'est attaché à démontrer que ces chasses aux sorcières ont abouti à une phénoménale erreur de justice et que les conséquences ont été désastreuses pour cette population basque.



 

17 juin 2016. "Les stèles discoïdales".

Par Claude LABAT

 

Les stèles discoïdales sont des monuments funéraires connus bien en dehors du Pays basque. Certes, elles sont très nombreuses dans les Pyrénées occidentales, mais il faut tenir compte que c'est un type de monument que l'on rencontre dans une zone allant de la Castille et du Portugal jusqu'à la Gascogne et au Languedoc.

 

Cet ensemble constitue 90% des stèles discoïdales connues, les 10% restant sont disséminés sur le continent, de l'Irlande à la Lituanie, selon les relevés actuels.

 

Pour qui veut bien s'y intéresser, on constate que les stèles très décorées du Pays basque forment une exception, car partout ailleurs les stèles sont souvent plus petites et surtout plus sobres, voire plus frustres. Or, ces "petites stèles" détiennent sans doute une explication sur l'origine de ce type de monument : elles se trouvent en effet très souvent le long des chemins de Compostelle et particulièrement là où existait une abbaye.

 

L'hypothèse est donc que les premières stèles étaient destinées à marquer les sépultures des pèlerins morts en route. Par ailleurs, d'après une indication recueillie à Saint-Guilhem-du-Désert (le matin même de la conférence !), il semble que certaines stèles servaient aussi à baliser le chemin. Ainsi, si l'on veut préserver ce patrimoine lapidaire de la disparition, il serait intéressant que les régions concernées mènent une opération de grande envergure à l'échelle interrégionale, pour les présenter de façon cohérente et porteuse de sens.


       


20 NOVEMBRE 2015. "ETXEA - La maion : la vie et le Basque" - 


par Beñat Zintzo Garmendia,


 soit l’importance phénoménale de la maison dans la société Basque, la place de l’héritier ou de l’héritière et les diverses opportunités pour tous les cadets. C’est vraiment une Histoire de la Vie du Basque.

 

 


26 juin 2015. "Les carnavals basques".

Beñat Zintzo Garmendia est considéré comme un spécialiste incontesté des Carnavals Basques. Depuis 1981  il arpente le Pays Basque des deux côtés des Pyrénées pour découvrir, observer, étudier les carnavals que ceux-ci soient anciens, nouvellement créés ou ressuscités (pour employer un de ses termes favoris). Pendant cette conférence il a proposé au public quelques clefs permettant d’en décoder quelques symboles et rituels très présents dans ces manifestations. Il a aussi commenté et présenté quelques personnages emblématiques du carnaval : l'ours, les kaskarots, le Kotilun Gorri.

Beñat Zintzo Garmendia  a mis en évidence les spécificités du carnaval basque mais aussi ses points communs avec les autres carnavals européens.  Ainsi nous avons pu découvrir que dans sa fonction sociale le carnaval suivait le double objectif d’offrir un temps de plaisir et d’amusement associé à des rituels de protection pour tous.

 


17 ocotbre 2014." L'Immigation basque aux USA", par le Père CACHENAUT, aumônier des Basques aux Etats Unis

Cette conférence a eu lieu Salle Hélène Boucher (route de Vendargues)  au centre de Jacou. Cette conférence à laquelle 28 personnes ont participé a été suivie d'une soirée "Tradition".

 

 



29 Novembre 2013. : " Figures de Femmes, ou les oubliées de l'histoire du Pays Basque",

soit vingt figures de femmes, tout à fait remarquables et qui méritent qu'un hommage leur soit rendu.

Cette conférence de Jacques Ospitala eu lieu Salle Hélène Boucher (route de Vendargues)  au centre de Jacou dans les locaux de la Bibliothèque). Conférence suivie d'une soirée "Tradition".

 

 


22 Février 2013 « Mémoires de pécheurs »,

Cette conférence du Père Mickel EPALZA a eu lieu Salle Hélène Boucher (route de Vendargues)  au centre de Jacou dans les locaux de la Bibliothèque), Aumônier des marins, Mickel EPALZA a partagé pendant neuf ans la vie des pêcheurs en mer, puis contribue à la création de nombreuses associations du monde maritime ("ItsasGazteria" avec les jeunes, "Uhaina" avec les femmes des pêcheurs, la coordination européenne des marins, le foyer des marins Escale Adour de Bayonne, etc.). 

  


12 Octobre 2012 :  « Céramiques et Décors du Pays Basque »,

Cette conférence de Guy LALANNE, Président de l’association JAKINZA (Ciboure) a eu lieu Salle Hélène Boucher (route de Vendargues)  au centre de Jacou dans les locaux de la Bibliothèque),

 

 


29 septembre 2012 :  « Paroles d'Amatxi »,

Conférence de Gaby ECHEBARNE : Le projet d’écriture de « Paroles d’amatxi » naquit un après-midi de printemps sous l’impulsion d’un groupe de jeunes intrigués par des bribes de récits de leurs grands’mères qui levaient déjà un coin de voile sur leur vie en Pays Basque, tout au long du XXème siècle: Gaby ETCHEBARNE rencontra seize amatxi dont l’âge variait entre 78 et 90 ans, originaires des différentes provinces du nord et du sud. Grâce à elles, elle découvrit un monde maintenant quasiment disparu, mais qui l'aida à mieux comprendre le monde actuel. Les problèmes liés à la dernière étape de leur vie, la vieillesse, prirent une place importante dans les conversations. Certaines exprimèrent avec force leur révolte devant le traitement réservé aujourd’hui à un grand nombre de personnes âgées: « J’ai envie de me battre, disait Jakesa, pour qu’on s’occupe autant des vieux que des malades, des pédophiles, des chats et des chiens. »